Tag Archives: psychose

La création littéraire

16 Jan

Picasso femme écrivant

Conférence du 9 décembre 2013

Séminaire « Approches psychanalytiques : Transmission, passe et impasse »

Institut Universitaire Européen Rachi à Troyes

LA CRÉATION LITTÉRAIRE

Argument :

Comment, pourquoi et pour qui écrit-on ?

Même si la capacité à créer reste pour Sigmund FREUD une énigme, l’artiste (et plus particulièrement l’écrivain), psychanalyste sans théorie et sans patient, utilise selon lui, une connaissance intuitive des formations de l’inconscient.

L’acte d’écriture permet donc d’avoir accès à l’inconscient, mais c’est dans sa transmission à la fois cathartique et heuristique, quand la singularité est assez authentique pour se hausser à l’universel, qu’il prend toute sa valeur.

Lire la suite

Publicités

PROCESSUS DE PENSEE (2). L’apport de W.R. BION :

19 Nov

Dans un article de 1961 intitulé « Théorie de la pensée«  (paru dans La Revue française de Psychanalyse, 1964, T.28 n°1, pp.75-84), W.R. BION classe les pensées selon leur développement chronologique, en « préconceptions », « conceptions » et « pensées ».

– La préconception, analogue au concept Kantien de « pensée vide », est un état d’attente, une disposition innée d’attente du sein chez le nourrisson.

– La conception est la rencontre d’une préconception avec une réalisation approchante. L’enfant est en contact avec le sein et vit une expérience émotionnelle de satisfaction.

– Le terme de pensée est limité chez BION à l’union d’une préconception et d’une frustration, ce qui correspond à une réalisation négative, à une absence de sein pour le nourrisson.

Lire la suite

« Le jour où je me suis pris pour Stendhal » de Philippe CADO

28 Mai

Le jour où je me suis pris pour Stendhal   Le jour où je me suis pris pour Stendhal

de

Philippe CADO

Philippe CADO fait dans la première partie de cet ouvrage, le récit détaillé  d’une bouffée délirante survenue alors qu’il était professeur de lettres certifié stagiaire, en 1992, puis il revient, dans une deuxième partie, sur les vingt-deux années (de vingt-deux  à quarante-quatre ans) de son suivi psychiatrique.

Lire la suite