Archive | Uncategorized RSS feed for this section

Voeux 2018

5 Jan

 

Voeux 2018

En vous souhaitant de garder vivantes toutes les étincelles de 2018 .

Publicités

Donnie Darko

14 Juil

Donnie DarkoDONNIE DARKO

Richard Kelly

2001

 

 

 

Donnie Darko est le premier long métrage du réalisateur américain Richard KELLY (26 ans au moment du tournage) qui en a écrit le scénario (scénario écrit quelques années auparavant, dit-il, alors qu’il était encore au lycée), sorti au cinéma en 2001, d’une durée de 1 heure 49 imposée par les producteurs (initialement de 2 heures 30) et tourné en 28 jours. Nommé à 21 récompenses, le film a gagné 11 prix. Il a terminé en deuxième position du classement des « 50 plus grands films indépendants de tous les temps » du magazine Empire, juste derrière Reservoir Dogs de Quentin Tarantino et il est devenu un film culte.

Lire la suite

Vœux 2017

5 Jan

Voeux 2017.jpg

Le concept de transfert en psychanalyse, à partir du « cas Dora ».

28 Mar

 

Conférence à l’Institut Universitaire Rachi de Troyes

Présentée le 21 mars 2016, dans le cadre du Séminaire de Psychanalyse 2015-2016 : Approches psychanalytiques, « quelques manifestations de l’inconscient ».

Le transfert à partir du « Cas Dora »:

Nous allons réfléchir ce soir sur le concept de « transfert », pivot central de la théorie psychanalytique puisque tous les courants de la psychanalyse freudienne considèrent le transfert comme essentiel au processus psychanalytique, même si ce concept de transfert fait toujours débat et si les divergences sont nombreuses entre les différentes écoles, divergences qui portent surtout sur l’interprétation du transfert, le moment ou les moyens de sa dissolution.

Lire la suite

Voeux 2016

1 Jan

Après les émotions si contrastées de l’année 2015 :

voeux 2016

Accueillons 2016 avec curiosité, énergie et optimisme !

Rêver

22 Fév

Ces dernières semaines, durant les événements mortifères de janvier, me revenait en tête la célèbre anaphore du discours de Martin Luther King « Je fais un rêve »/ « I have a dream », ce discours sur les marches du Lincoln Mémorial de Washington le 28 août 1963 pendant la « Marche de la liberté », discours point d’orgue du Mouvement des droits civiques, considéré comme l’un des plus marquants du XXème siècle, moment singulier et message d’espoir au-delà des frontières américaines [et accessoirement matériel pédagogique de mes professeurs d’anglais soixante-huitards et laïques, génération qui faisait des rêves et appelait l’imagination au pouvoir].

Au même moment, j’entendais des collègues psychanalystes de longue expérience, remarquer pour s’en plaindre que leurs patients rêvaient beaucoup moins qu’avant. On peut également noter que les enfants que nous recevons ne dessine plus beaucoup, tout accaparés qu’ils sont et ce dès le plus jeune âge par les images de leurs tablettes numériques et jeux vidéo.

Qu’en est-il en effet de la place, de l’espace (« l’espace de cerveau disponible »), de l’existence de cette vie psychique dont témoigne la psychanalyse et tout aspirant psychanalyste ? Cette vie psychique confrontée aux tendances désorganisatrices internes ou externes, confrontée parfois à un effroi médusant dans notre monde occidental pourtant relativement protégé de la violence, confrontée à l’acte, au difficile à élaborer, au détriment de la parole et surtout d’une parole intime.

Espérer être psychanalyste, c’est témoigner de la notion d’inconscient dans sa dimension heuristique vis-à-vis des différentes productions psychiques, des symptômes, de son effet thérapeutique au-delà de la simple catharsis des associations libres. C’est s’inscrire contre l’appauvrissement du psychisme par la pensée unique, par l’exclusion, comme par les méthodes qui dénient la place et la valeur de la vie psychique. C’est cultiver la capacité à s’étonner, à s’interroger, à se laisser toucher par la diversité des mondes et des modes de pensées.

La psychanalyse, les psychanalystes, n’ont guère de parole publique certes, mais ils ont pourtant beaucoup à dire des souffrances psychiques, des angoisses, du mal être et de plus en plus aussi des carences affectives, des séquelles traumatiques, des défauts de mentalisation, de tout ce qui fait le lit de gravissimes problèmes sociétaux.

Réhabilitons le rêve, la rêverie, alors même que l’ « ennui » devient un symptôme (les enfants s’ennuient à l’école, nous dit-on, parfois dès la Maternelle !). Rappelons que c’est cet « ennui » même, ce manque, qui permet à la pensée et à la créativité de se développer : un vide possible et supportable qui ne soit pas objet de haine [étymologiquement « ennuyer » vient de « in odium esse » soit « être objet de haine »] une « vacance » dans tous les sens du mot, une suspension de l’activité, un vide [« vacare » = être vide], mais aussi synonyme de liberté, liberté de penser, d’évasion, d’imagination, de voyage géographique ou intérieur.

Continuons donc à reconnaître en nos rêves, en nos rêveries, l’immense champ des possibles de notre intelligence humaine et opposer aux forces de destructivité, la réflexion et la création qui nous rassemblent.

VŒUX 2015

1 Jan

voeux 2015

VOEUX 2014

1 Jan

PicturesRecevez mes vœux 2014

à la manière deKeith HARING

VOEUX 2013

1 Jan

                   

 En vous souhaitant de meubler harmonieusement et d’habiter avec bonheur 

hopper_sun-empty-room-530x383

  Edward HOPPER Sun in an Empty Room  1963

                            

votre  « pièce ensoleillée »  2013

 

 

 

Bienvenue sur le site PSY-TROYES

7 Oct

Christine SALAS

Psychologue, Psychothérapeute, Psychanalyste

DESS de Psychologie Clinique et Pathologique de l’Université René Descartes PARIS V

Lauréate de l’Université René Descartes PARIS V

28 rue Hennequin

10000 TROYES

03 25 81 53 53

Psychothérapie adultes, adolescents, enfants, seniors.

Psychothérapie de couple.

Psychanalyse adultes, adolescents.

Sur R.V.

N° ADELI : 109301622

PLAN : https://maps.google.fr/maps?hl=fr&q=plan+28+rue+hennequin+troyes&ie=UTF-8&hq=&hnear=0x47ee98f6b9fca64b:0x7dde529e73a76415,28+Rue+Hennequin,+10000+Troyes&gl=fr&ei=qoGnUPqvIvOa1AW-yYHIDw&sqi=2&ved=0CB8Q8gEwAA